Actes 5 (Partie 2) – Les apôtres arrêtés et battus

Actes 5 (Partie 2) – Les apôtres arrêtés et battus

Les apôtres ont continué leur travail pour le Seigneur et Il était avec eux pendant que l’église continuait à grandir et que les malades étaient guéris. Cela n’a de nouveau pas bien fonctionné avec les autorités religieuses de l’époque comme visant à mettre fin à ce “nouveau mouvement”.

Sitting on the fence - Acts 5 part 2

Acts 5 (Part 2) – Les apôtres arrêtés et battus

Dans le dernier post, nous avons discuté de la première section du chapitre 5 du livre des Actes. Les apôtres ont rencontré l’hypocrisie parmi certains membres comme Ananias et Saphira, mais Dieu a été rapide à traiter avec eux. Les apôtres ont continué leur travail pour le Seigneur et Il était avec eux pendant que l’église continuait à grandir et que les malades étaient guéris. Cela n’a de nouveau pas bien fonctionné avec les autorités religieuses de l’époque comme visant à mettre fin à ce “nouveau mouvement”.

Regardons plus loin dans la dernière partie du chapitre 5.

 

Nouvelles persécutions des pharisiens et des sadducéens

L’église grandissait constamment, il était donc inévitable que les apôtres affrontent les chefs religieux. Ces derniers étaient étonnés que les gens suivent avec empressement ces pêcheurs inéduqués. Comment ces «amateurs» pourraient-ils usurper leur rôle religieux officiel?

Ce n’est pas étonnant qu’ils aient arrêté les apôtres.

Acts 5:17-27 (KJV)

 

17 Cependant le souverain sacrificateur et tous ceux qui étaient avec lui, savoir le parti des sadducéens, se levèrent, remplis de jalousie

18 mirent la main sur les apôtres, et les jetèrent dans la prison publique

19 Mais un ange du Seigneur, ayant ouvert pendant la nuit les portes de la prison, les fit sortir, et leur dit: 

20 Allez, tenez-vous dans le temple, et annoncez au peuple toutes les paroles de cette vie

21 Ayant entendu cela, ils entrèrent dès le matin dans le temple, et se mirent à enseigner. Le souverain sacrificateur et ceux qui étaient avec lui étant arrivés, ils convoquèrent le sanhédrin et tous les anciens des fils d’Israël, et ils envoyèrent chercher les apôtres à la prison. 

22 Les huissiers, à leur arrivée, ne les trouvèrent point dans la prison. Ils s’en retournèrent, et firent leur rapport, 

23 en disant: Nous avons trouvé la prison soigneusement fermée, et les gardes qui étaient devant les portes; mais, après avoir ouvert, nous n’avons trouvé personne dedans.

24 Lorsqu’ils eurent entendu ces paroles, le commandant du temple et les principaux sacrificateurs ne savaient que penser des apôtres et des suites de cette affaire. 

25 Quelqu’un vint leur dire: Voici, les hommes que vous avez mis en prison sont dans le temple, et ils enseignent le peuple.

26 Alors le commandant partit avec les huissiers, et les conduisit sans violence, car ils avaient peur d’être lapidés par le peuple

27 Après qu’ils les eurent amenés en présence du sanhédrin, le souverain sacrificateur les interrogea en ces termes:

 

D’autres opportunités d’évasion

Une fois de plus dans ce chapitre, il y avait des occasions pour les apôtres de s’échapper. Pierre et Jean ont été une fois mis en garde de ne pas parler au nom de Jésus après qu’ils aient guéri le mendiant boiteux (Actes 4:18). Cependant, ce n’était pas quelque chose qu’ils ont considéré. Faire la volonté de Dieu et répandre l’Evangile de Christ était leur seul objectif.

Pierre et Jean ont été jetés en prison pour la deuxième fois pour avoir prêché sur Jésus-Christ et “troublé la paix”. Seulement cette fois, les autres apôtres étaient avec eux.

Beaucoup de gens pensent aujourd’hui que ce genre de persécution n’est arrivé que dans l’église primitive. Cependant, il faut une recherche simple pour voir que cela se passe encore dans notre monde. De nos jours, de nombreux chrétiens sont persécutés et jetés dans les prisons sans autre crime que de parler au nom de Jésus-Christ. Si ces chrétiens sont libérés, continueront-ils à répandre l’évangile? Les apôtres ont fait.

Après que les apôtres ont été mis en prison, un ange du Seigneur les a libérés la nuit. Au lieu de s’échapper, les apôtres sont retournés au temple et ont continué à parler au nom de Jésus-Christ. La sécurité n’a jamais été un problème important pour eux. Il est toujours venu en dernier. Ils étaient prêts à mourir pour ce qu’ils savaient être vrai: Jésus-Christ est ressuscité. Ils l’ont vu et ont été témoins de tout. Comment pourraient-ils ignorer un si grand salut? Bénis sont ceux qui croient et n’ont pas vu.

Quand les pharisiens ont envoyé chercher les apôtres, ils ont été étonnés d’apprendre que leurs cellules de prison étaient vides. Au lieu de cela, ils étaient là au temple, prêchant à nouveau. Enragés, les pharisiens ont envoyé des soldats pour les amener sans l’usage de force puisqu’ils avaient peur de se faire lapider par les disciples. Mais les apôtres n’ont pas résisté et sont allés volontiers avec les soldats devant le conseil. Tout était dans la volonté de Dieu. Le Saint-Esprit les guidait et ils Lui faisaient confiance.

 

L’Ange et la Parole de Dieu

Il est intéressant de se concentrer sur les actions de l’ange envoyé par le Seigneur pour libérer les apôtres de la prison. L’ange ouvre les portes, sort les apôtres de la prison pendant que les gardes dorment probablement (une sorte de chloroforme spirituel). Puis l’ange ferme la porte et remet le verrou.

Cela montre à quel point nous pouvons avoir confiance en Dieu. Tout est sous Son contrôle. Comme il est beau de savoir que tout est sous Sa volonté souveraine et que rien ne nous arrive à moins qu’il ne le veuille ou ne le permette.

L’ange leur dit alors:

Actes 5:20 – Va, tiens et parle dans le temple aux gens tous les mots de cette vie

 

Les paroles des apôtres sont les mots de cette vie parce que le Saint-Esprit parle à travers eux. Ces mots ne sont pas la philosophie, ni la théologie, ils sont les mots de la vie éternelle donnée par Dieu.

C’est pourquoi nous devrions parler ces mots. Tout comme la pluie arrose un champ, la Parole de Dieu arrose notre cœur. Sommes-nous prêts à laisser ces mots produire le fruit qu’ils sont destinés à produire?

 

Les apôtres devant le Conseil

Continuons le chaptre 5.

Acts 5:27-33 (KJV)

27 Après qu’ils les eurent amenés en présence du sanhédrin, le souverain sacrificateur les interrogea en ces termes: 

28 Ne vous avons-nous pas défendu expressément d’enseigner en ce nom-là? Et voici, vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement, et vous voulez faire retomber sur nous le sang de cet homme!

29 Pierre et les apôtres répondirent: Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes

30 Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous avez tué, en le pendant au bois. 

31 Dieu l’a élevé par sa droite comme Prince et Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés

32 Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint-Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent.

33 Furieux de ces paroles, ils voulaient les faire mourir.

 

La charge

De nouveau, les dirigeants juifs ne savaient pas comment traiter avec les apôtres qui devaient se rappeler de ne pas enseigner au nom de Jésus. C’était la vraie bataille. Comment Jérusalem peut-elle être sous la domination des pharisiens quand cette nouvelle doctrine s’étend partout?

La jalousie les mangeait et ils feraient n’importe quoi pour arrêter cela. Ils ont essayé de jouer la victime en accusant les apôtres d’avoir amené le sang de cet homme (Jésus) sur eux. Au fond d’eux-mêmes, ils savaient qu’ils étaient les responsables de l’exécution de Jésus.

Par conséquent, la vraie bataille est celle de la règle et de la jalousie. Ils ne croyaient pas en Jésus. Ils auraient pu se repentir et regarder en arrière leur propre histoire pour se rappeler comment leurs pères avaient tué les prophètes, mais ils étaient aveuglés par leur propre orgueil et leur propre ego. L’histoire a tendance à se répéter.

 

La Défence 

La défense des apôtres est prise en charge par l’apôtre Pierre qui répond systématiquement aux chefs religieux.

 

Obéissez à Dieu plutôt qu’aux hommes.

L’une des réponses les plus intéressantes est

Actes 5:29 – Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes.

 

Ceci est venu comme une réponse aux dirigeants juifs qui interdisaient de parler au nom de Jésus. Dans d’autres endroits du Nouveau Testament, il est dit que nous devons obéir aux autorités puisqu’ils sont nommés / autorisés par Dieu. Cependant, cette règle n’est pas contraignante lorsque ces autorités vont à l’encontre des commandements de Dieu. Les commandements de Dieu viennent toujours en premier.

Par conséquent, nous pouvons être clairs sur une chose. Si notre patron, gouvernement ou toute autre autorité a une règle qui contredit les commandements de Dieu, nous devons obéir à Dieu plutôt que ces autorités indépendamment des conséquences.

 

Cet “homme” Jésus est Prince et Sauveur

Peter répond à leur deuxième déclaration. Ils parlent toujours de Jésus comme s’il était un simple homme. Personnellement, j’ai fait l’expérience d’une jalousie pieuse envers le Fils de Dieu lorsque je parle de Jésus avec des incroyants qui le considèrent comme un homme ou un enseignant. J’ai dû apprendre à être patient avec les non-croyants qui n’ont jamais expérimenté la réalité de la divinité de Jésus-Christ.

Pierre leur rappelle qui est cet “homme”. Il est celui que Dieu, le Dieu de leurs pères, le Dieu d’Abraham, Isaac et Jacob a ressuscité des morts. Cet “homme” est maintenant exalté en tant que prince et sauveur et cet “homme”, vous, les chefs religieux, avez crucifié. De nouveau, l’apôtre Pierre leur rappelle leur responsabilité pour sa crucifixion, ce qu’ils savaient bien sûr.

 

Les témoins

Comme dans toute défense, il y avait des témoins,

Actes 5:32 – Et nous sommes ses témoins de ces choses; et c’est aussi le Saint-Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent.

Ces témoins sont les apôtres qui ont vu Jésus vivant et l’ont vu monter au ciel (Actes 1). Le Saint-Esprit est aussi le témoin de Christ alors qu’il faisait tous ces signes et prodiges au milieu du peuple. Ce saint témoignage est donné à ceux qui obéissent à Dieu.

 

L’Attitude ”Attendant sur la Clôture”

La plupart des chrétiens qui entendent parler de Gamaliel et de son attitude louent la sagesse de ce pharisien respecté et célèbre. Cependant, regardons plus en détail dans son histoire.

Actes 5:34-42 (NEG1979)

34 Mais un pharisien, nommé Gamaliel, docteur de la loi, estimé de tout le peuple, se leva dans le sanhédrin, et ordonna de faire sortir un instant les apôtres. 

35 Puis il leur dit: Hommes Israélites, prenez garde à ce que vous allez faire à l’égard de ces gens

36 Car, il n’y a pas longtemps que parut Theudas, qui se donnait pour quelqu’un, et auquel se rallièrent environ quatre cents hommes: il fut tué, et tous ceux qui l’avaient suivi furent mis en déroute et réduits à rien.

37 Après lui, parut Judas le Galiléen, à l’époque du recensement, et il attira du monde à son parti: il périt aussi, et tous ceux qui l’avaient suivi furent dispersés. 

38 Et maintenant, je vous le dis, ne vous occupez plus de ces hommes, et laissez-les aller. SI cette entreprise ou cette œuvre vient des hommes, elle se détruira

39 mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire. Ne courez pas le risque d’avoir combattu contre Dieu.

40 Ils se rangèrent à son avis. Et ayant appelé les apôtres, ils les firent battre de verges, ils leur défendirent de parler au nom de Jésus, et ils les relâchèrent.

41 Les apôtres se retirèrent de devant le sanhédrin, joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus

42 Et chaque jour, dans le temple et dans les maisons, ils ne cessaient d’enseigner, et d’annoncer la bonne nouvelle de Jésus-Christ.

 

La suggestion est que la sagesse de Gamaliel dans cette histoire est basée sur la sagesse humaine, pas sur la sagesse divine. Même si son comportement semble tolérant envers les apôtres, il jouait la sécurité. Ce genre de tolérance est similaire à la théologie libérale aujourd’hui. Mais face à la vérité de l’Évangile, notre Dieu nous demande de prendre position et de prendre une décision: croyons-nous vraiment en Jésus ou allons-nous attendre et voir?

Gamaliel était un pharisien respecté et connu, et contrairement aux sadducéens, il connaissait les écritures et croyait en la résurrection. Cela signifie que le Christ ressuscité aurait dû lui être plus crédible que probablement à n’importe quelle autre personne à Jérusalem. Néanmoins, il n’y croyait pas et il voulait prendre une position neutre. Il voulait attendre sur la clôture.

Pourquoi? Quels étaient les motifs de Gamaliel? Il avait peur de prendre parti et ne voulait pas prendre parti en ce moment. Il préférait attendre et voir. Il ne voulait pas prendre position parce qu’il avait peur de se retrouver du mauvais côté. Il craignait que tout cela ne soit vrai, mais la vraie tragédie est qu’il n’a pas pris sa décision et qu’il n’y croyait pas. Cet homme est peut-être mort de cette façon, ne se décidant jamais.

Beaucoup de chrétiens qui professent aujourd’hui agissent de la même manière. Ils sont assis sur la clôture. Ils attendent de voir. Ils prétendent qu’ils sont sauvés, mais ils vivent comme le reste du monde. Gamaliel est un bon exemple de chrétiens qui vont à l’église sans jamais s’engager envers le Christ.

Il aurait mieux valu agir avec ignorance et zèle contre les apôtres. Saul de Tarsus offre le contraste parfait avec Gamaliel. Lui aussi était un pharisien mais parce qu’il était par ignorance zélé en agissant contre les chrétiens, Dieu l’a utilisé à cause de ce zèle. Les hommes qui se battent sont toujours plus proches de la vérité que ceux qui sont indifférents et neutres.

 

Conclusion

Le monde déteste l’église maintenant et il la détestait alors. Plus nous vivrons près de Christ, plus le pire et la persécution arrivera. Le conseil finit par écouter Gamaliel. Les apôtres sont battus (ce qui signifie 39 bandes sur le dos de chaque homme jusqu’à ce qu’ils saignent) et chargés une fois de plus de ne pas parler au nom de Jésus. C’était la première fois dans l’histoire de l’église que la persécution était causée par une souffrance physique.

Étonnamment, la réaction des apôtres était de se réjouir parce qu’ils ont été jugés dignes de souffrir pour le nom du Christ. Ils ont continué à enseigner au nom de Jésus-Christ comme si rien ne s’était passé.

Cher lecteur, quelle attitude prendrez-vous personnellement quand il s’agit de votre foi en Christ? Serez-vous un Gamaliel tiède? Ou seras-tu un Saul persécuteur de Tarse?

Ne préféreriez-vous pas croire en Jésus-Christ et mettre toute votre espérance en Lui? C’est un privilège de souffrir pour le nom du Christ. Compterez-vous toute la joie quand vous serez jugé digne de subir la persécution à cause de ce nom?

Que Dieu vous bénisse!

Have your say